1312564792

Un bus revenant aux environs de cinq heures du matin de Vridi, dans la commune de Port-bouet, a renversé son contenu dans la lagune. Le bilan provisoire est de 37 morts. Dix autres victimes dont trois, venues s’enquérir des nouvelles de proches, ont été transférées dans divers espaces sanitaires inconnus. C’est la fête de l’indépendance la plus ensanglantée de l’histoire de la Côte d’Ivoire.

Drôle de fête d’indépendance et notre journal ne croyait pas si bien dire ! Tôt le matin d’hier, un autobus de la SOTRA revenant de Vridi, dans la commune de Port-Bouët, a déversé tout son contenu dans la lagune après un vol plané de plus de 7 mètres, faisant un bilan provisoire de 37 morts dont 22 hommes et 15 femmes et une dizaine de rescapés. Dix autres victimes qui seraient pour leur part vivantes ont été acheminées vers des espaces sanitaires inconnus. Parmi elles, trois parents des victimes qui n’ont pas pu supporter le choc. La nouvelle de cet accident a rythmé l’essentiel de l’actualité nationale. Le chef de l’Etat a fait un bref passage sur les lieux de l’accident, suivi un peu plus tard par son Premier ministre et certains ministres ont assisté aux manœuvres des secouristes pour remonter les noyés. Les 37 personnes ramenées à la surface étaient restées coincées dans le bus immergé. Les autres dont le nombre est encore inconnu ont été emportés par les courants d’air. Après l’arrêt officiel de l’opération, les secouristes attendent désormais que la nature fasse remonter les autres probablement mortes.

Le chef de l’Etat a arrêté hier toutes les festivités qui étaient prévues dans le cadre de la fête de l’indépendance, dont la parade militaire et le concerto pour l’indépendance. En lieu et place, une prise d’armes aura lieu le dimanche sur l’esplanade du Palais présidentiel, comme y a été contraint pendant une décennie son prédécesseur Laurent Gbagbo qui, lui, faisait face à une rébellion. Un deuil national de trois jours a été par ailleurs décrété sur toute l’étendue du territoire national et le pays attend désormais que des mesures soient prises pour sanctionner les personnes dont les responsabilités sont situées dans ce carnage.

D’ores et déjà, l’Etat lui-même n’a pas été à la hauteur de l’événement. Pour un accident qui a eu lieu à 5 heures du matin, les secours n’ont commencé à s’organiser que plusieurs heures plus tard. L’absence d’une logistique adaptée ayant fait retarder le démarrage des opérations de secours, ce qui ne laissait plus d’espoir de trouver des survivants. Et dès quatorze heures, celles-ci ont été arrêtées laissant les dépouilles immergées en pâture aux brochets et requins qui viennent de la mer.

Cela dit, hier la stratégie qui consiste à ne compter que sur la communauté internationale a encore fonctionné. Il a ainsi fallu déplacer les deux grues de la société française SAGA et la force Licorne pour retirer l’autobus fou de la lagune. Son chauffeur, selon toute vraisemblance, ne devrait pas être au-dessus de tout soupçon puisque les circonstances de l’accident, y compris la diabolique chevauchée de l’autobus montre qu’il était bien en excès de vitesse sur un pont comme celui du pont Félix Houphouët-Boigny. Les témoignages affirment aussi que l’un des pneus du bus aurait éclaté avant que l’engin ne fonce sur les garde-fous qui ont rapidement cédé.

Ces dernières années, la SOTRA n’a plus été un exemple de discipline et ses chauffeurs se livrent eux aussi à toutes sortes d’atteintes au code de la route comme leurs collègues des gbakas. Pendant que le bus noyé se faisait remorquer, au carrefour de l’indénié, deux autres entraient en collusion provoquant l’évacuation de cent personnes au chu de Cocody.
Malgré des rues pavoisées et des réclames reécrivant du reste l’histoire que le régime veut bien écrire à coup de communications coûteuses, la fête du cinquante-unième anniversaire tant attendu n’aura pas lieu. Après tout, qu’allions-nous vraiment célébrer. L’indépendance ou la dépendance ?
Joseph Titi

NB : le titre est de la rédaction

Source : abidjandirect.net

 

Quelques photos de cette tragédir ICI